Centre Culturel d’Iran à Paris|فارسي|French
COURS

COMMEMORATION
LIENS

Khajou Kermani

Khajou Kermani

 

Ab-ol Ata Kamal-ed-din Mahmoud-ebn Ali-ebn Mahmoud

Khajou Kermani est un des poètes soufis de  la fin du 13e siècle et la première moitié du 14e siècle de l’Iran. Il est né à Kermân en 1290. Il fut ses études à Kermân et puis  il commença de voyager et rencontra des soufis célèbres ainsi  que différents gouverneurs et ministres.

Après son pèlerinage à la Mecque, il s’installa à Tabriz, ensuite à Chiraz où il fréquenta Khajé Hafez Chirazi aux dernières années de sa vie. Il est mort en 1352.

Ses ouvrages comprennent le Divan (Recueille de poèmes), des odes (qasidas), des sonnets (ghazals), des fragments et des quatrains (robais). Il produisit des masnavis (poème dont les vers ont de deux a deux une rime) sous les titres Homa et Homayun (L’histoire de l’amour de deux amants à ces noms), Gol et Nowrooz (L’histoire de l’amour de deux amants à ces noms),  Kamal Namé (Livre de Kamal), Rowzat-ol Anvar (Jardin des Lumières), Sam Namé (Livre de Sam), et Gowhar Namé (Livre de Joyau).

Dans ses masnavis, il a suivit plutôt de Nezami, surtout son Rowzat-ol Anvar  ressemble beaucoup à  Makhzan Al-asrar (le Trésor des Mystères)  de Nezami Ganjavi.

Dans ses sonnets, il a suivi Cheikh Saadi Chirazi en mélangeant sa manière avec une contenu et une pensée mystique. Ce mode de poésie est porté à l’apogée de la perfection par Hafez.

 

شمع ما شمعی است کاو منظور هر پروانه نیست

گنج ما گنجی است کاو در کنج هر ویرانه نیست

هر که را سودای لیلی نیست مجنون آن کس است

ور نه مجنون را چو نیکو بنگری دیوانه نیست

 

Notre chandail  ne brille pas pour n’importe quel papillon

Notre trésor ne se trouve pas dans n’importe quel désert

Le « fou » est quelqu'un qui n’est pas amoureux de Leyli

Majnoon n’est pas « fou », quand il est amoureux de Leyli

 
 
MENU